Son sang atypique a permis de sauver 2,4 millions de nourrissons

Plus de six décennies et tout autant de dons du sang, qui ont sauvé des millions d'enfants : tel est l'acte incroyablement généreux effectué par l'Australien James Harrison. Voici son histoire.
Son sang atypique a permis de sauver 2,4 millions de nourissons

Tout au long de sa vie, il s'est mis au service des autres. Pour une noble cause, pour être utile, tout simplement, aux autres êtres humains. Dans un monde où l'individualisme semble primer sur tout, James Harrison est l'exception qui confirme la règle. Tout débute en 1951. Notre héros du jour est alors âgé de 14 ans. L'âge auquel il subit une ablation du poumon. Une opération lourde qui le conduit à trois mois d'hospitalisation. Durant ces 90 jours, il recevra de nombreuses transfusions sanguines.Une somme d'inconnus qui, au bout de la chaîne, ont sauvé la vie de cet homme.

James Harrison en sera éternellement reconnaissant. Il comprend toute l'importance de donner son sang. A son tour, il va venir en aide aux autres, en faisant don de plasma.

Ad

Un sang particulièrement atypique

 

"En Australie, jusqu'en 1967, il y avait des milliers de bébés qui mourraient chaque année. Les médecins ne savaient pas pourquoi, c'était affreux", se souvient Jemma Falkenmire, membre de la Croix-Rouge australienne, répondant à nos confrères de CNN.

Le mystère finit par être élucidé : tous ces nourrissons souffrent de la maladie hémolytique du nouveau-né. Une maladie qui se développe lorsqu'une femme enceinte porte un rhésus négatif et que l'enfant est, au contraire, positif. La maman produit alors alors des anticorps quo peuvent s'attaquer au bébé, causant jusqu'à sa mort, dans le pire des cas !

 

Or, il existe une personne qui possède en son sang un véritable antidote à cette maladie : l'anti-D. Et cette personne, c'est James Harrison ! Cette abondance en anti-D serait d'ailleurs le fruit des nombreuses transfusions sanguines que l'homme a reçu dans son adolescence. En toute humilité, l'homme ne s'estime pas du tout exceptionnel : "Donneur de sang, c'est probablement mon seul talent ". Son sang atypique lui a permis de sauver plus de 2,4 millions de bébés. Et même ses petits-enfants, puisque sa fille Tracey a elle aussi reçu des injections d'anti-D : "Dire que je suis fière de James (mon père) est un euphémisme, peut-on lire. Grâce à lui, j'ai donné naissance à un autre petit garçon en 1995. Merci, papa, de m'avoir permis de donner naissance à deux enfants en pleine santé, tes petits-enfants".

Contenu sponsorisé

Newsletter

Contenu sponsorisé